Puissance de l'évocation

Publié le par Antoine Chainas

Voici deux exemples de ce qu'il est possible de faire à partir de textes originellement littéraires transcendés par la voix de leur auteur.
Ces exemples sont à prendre parmi d'autres, mais ils ont ceci de caractéristique : ils sont français, ils sont récents, ils sont déclamés avec un talent, une sincérité rares et ils sont sans concession : c'est sans doute ce qui fait qu'ils gagnent à être connus.
Le premier concerne un jeune auteur et jeune directeur de collection : Thomas Hédouin, pour les prometteuses éditions La Tengo  : une maison spécialisée dans l'hybridation polar/rock dont je vous reparlerai très prochainement.

Les Fleurs du Marais/T.Hédouin & l'Itinéraire Bis

Le second met en avant un auteur qui bossera lui aussi, selon toute vraisemblance, pour ces mêmes éditions mais qui n'est pas un nouveau venu puisqu'il s'agit d'un des pionniers du slam en France (plutôt époque Saul Williams que Grand Corps Malade, si vous voyez ce que je veux dire) : j'ai nommé l'absolument célinien, le parfois loureedien Nada. Puissant. Ultranoir. Mystique et prosaïque. Intègre et habité. Nihiliste sur les bords, au milieu, et pourtant empli d'une réelle compassion. J'y reviendrai aussi très bientôt.

Nada - "Les Gens".

Commenter cet article

Fabien 22/11/2008 20:58

"Je vois qu'on a tous besoin d'une pause dans le texte de Nada, dense, poisseux, noir"
Mais j'espère que ça va être bientôt être publier, parce que vous me donnez envie vous là!!!!

Antoine Chainas 24/11/2008 20:53



Salut Fabien,


Moi, j'ai pas encore eu droit à la pause nécessaire de monsieur Nada, mais je n'en suis toujours qu'au début :).


A bientôt.


Antoine.



JV 22/11/2008 20:06

Je vois qu'on a tous besoin d'une pause dans le texte de Nada, dense, poisseux, noir. Il y a du boulot mais indubitablement quelque chose, c'est l'éditrice qui cause, là. Faut que je m'y remette, mais quand on est passé à Tim Dorsey, Antoine verra ce que je veux dire, c'est pas évident, évident...
Amitiés.

Antoine Chainas 24/11/2008 20:51



Salut Judith,


Oui, évidemment : alterner Tim Dorsey et Nana peut se révéler être un exercice préjudiciable à la santé mentale. Ah, éditeur est un métier dangereux, parfois ;).


Amitiés.


Antoine.



T(r)oma 21/11/2008 18:20

D'abord merci pour cette dédicace ; c'est trop d'honneur que de se retrouver aux côtés de ce grand monsieur un brin torturé, ainsi que dans ton blog, Antoine - sincèrement.
Pour rejoindre ce qu'écrit Judith, j'ai, pour ma part aussi, dû faire une pause dans la lecture de ce manuscrit. J'en avais lu une première version, plus ardue déjà, parce que sans ponctuation ou presque, ce qui rendait la vague sombre de cette lecture plus oppressante, "inondante", "noyante" encore. C'est un des textes les plus violents et les plus subversifs que j'aie lus depuis longtemps - depuis Sade, en fait. Mais une telle voix est à mon sens véritablement inédite en France, même si l'art mérite encore un peu de boulot. Mais cela n'est que mon humble avis.
Tiens, un conseil lecture, en passant : "Un goût de rouille et d'os", de Craig Davidson. Je suis en train de lire ce petit bijou de recueil de nouvelles du protégé de C. Palahniuk et B. E. Ellis, et l'écriture de ce mec me tue.

Antoine Chainas 21/11/2008 19:34



Salut Thomas,


De rien, pour la dédicace : j'ai trouvé ta prestation sincère, ce qui est un point primordial, mais surtout, ton texte prend une ampleur saisissante, porté par ta voix. Etre doué pour la lecture
publique comme tu l'es est un talent considérable.


Le manus de Nada, je commence juste. Je n'en suis pas encore à la pause obligatoire :). On verra, mais en tout cas, merci infiniment de me l'avoir fait parvenir. Je suis ravi.


Craig Davidson, effectivement, est un grand (les romans d'horreur qu'il signe sous le nom de Letewska valent aussi de détour). J'avais d'ailleurs fait un truc assez violent - dans le bon sens du
terme - sur lui il y a longtemps. Je ne me souviens plus où... Il me semble que c'était pour Technikart, à l'époque où il était venu, tout body-buildé pour la promo de Fighter. En tout cas,
tu as raison : je me joins à toi pour conseiller chaudement à tous ceux qui voudront bien lire ces lignes son recueil de nouvelles. Du très très bon. Miam.


A bientôt.


Amitiés.


Antoine.



Judith Vernant 21/11/2008 15:08

Enfin Nada en majesté! Suis toujours dans son manuscrit (après une petite pause nécessaire, tu te doutes pourquoi si tu le lis...).
Amitiés,
JV

Fabien 19/11/2008 08:58

Je connaissais déjà le morceau de Nada. Très bon. C'est du très bon.
C'ets mieux que Elle, ça c'est sur!!!

Antoine Chainas 19/11/2008 20:49


Salut Fabien,
Oui, c'est effectivement un de ses plus beaux morceaux... En tout cas un des plus venimeux. Ce mec a un véritable talent, une rage froide et désespérée. Glaçant et délicieux. Content de voir que tu
fais toi aussi partie des aficionados du bonhomme. Je lis en ce moment un manuscrit de lui qui est en train de tourner dans les maisons d'éditions. Vraiment pas mal.
Amitiés.
Antoine.