Anesthésie parallèle

Publié le par Antoine Chainas

Derrière les murs bétonnés, juste à côté de la colonne porte-tube, ils se déshabillèrent. Le silence n'était troublé que par le doux ronronnement de l'amplificateur de brillance.
En attente.

Une heure avant, ils avaient ingéré le baryum en solution buvable diluée à soixante et onze pour cent, n'éprouvant, juste après la déglutition, qu'une sensation de brûlure diffuse sur la langue. Comme lorsque la maldodextrine des hosties s'incrustait aux pourtours des papilles.

Ils s'allongèrent sur la table de radiologie FPF conforme aux recommandations de la Société Française d'Imagerie et approuvée par le Conseil des Enseignants, la Fédération Nationale ainsi que le Syndicat des Hospitaliers Radiologues.
Le contact de leur peau sur les paravents plombés aux normes Euratom 97/43 était froid. Vivifiant, en un certain sens.

Le ronronnement de l'amplificateur s'accentua jusqu'à ce que la pulsation atteigne la vitesse de croisière de 1,2 Roentgen/minute et produise un léger sifflement rappelant celui d'un ascenseur. Dans le cas présent, il était impossible de savoir s'il montait ou descendait.

Sous les arceaux isocentriques, le corps bombardé par plusieurs dizaines de méga-électrons-volts, ils firent l'amour.

Publié dans Anaisthêsia

Commenter cet article

Marignac 20/01/2009 17:29

Fils, ton extrait m'a bluffé, j'ai envie de le lire. Enfin du sexe 21ème siècle à se déchirer la plaque tectonique ! Classe !

Marignac 20/01/2009 14:48

Ce voltage-là doit donner du punch à la décharge. Sans disjoncteur !

Antoine Chainas 20/01/2009 17:22


Salut Thierry,
Sans disjoncteur, j'espère bien. Et foutre le feu à la taule et tout cramer (ce sont mes pulsions (auto)destructrices qui parlent, là). Ah, ah.
Merci encore et à bientôt.
Amitiés.
Antoine.


M.L. 20/01/2009 08:49

Intéressantes, ces sonorités cyberpunk... Sont-elles caractéristiques de cet Anaisthêsia à venir ou sont-elles la trace de l'humour post-dantec chainassien ?
Amicalement.

Antoine Chainas 20/01/2009 09:37


Salut Marin,
Oh, ces sonorités cyberpunk sont définitivement des résurgences du post dantécomorphique. Tu l'auras deviné, elles n'ont rien à voir avec Anaisthêsia : la couv', l'extrait, tout est faux.
J'ignore d'ailleurs pourquoi je me suis adonné à ce petit exercie. Eh, on ne peut pas toujours tout s'expliquer, dans la vie. Mais c'est vrai que pour lever l'ambiguïté, j'aurais dû appeler ce faux
ouvrage Le Retour du Fils d'Anaisthêsia, ou Anaisthêsia II : Trente Ans Après... Enfin un truc de ce genre ;). Amitiés. Antoine.