Enfermé

Publié le par Antoine Chainas

"Ce livre est dédié,
en témoignage d'affectueuse sympathie,
aux milliers d'anonymes
qui savent
et se taisent."


"L'avocat de la défense toucha la main de son client,
Puis se leva lentement, face au jury.
Il n'hésita qu'une seconde avant de parler.
Je ne demande pas justice pour le prévenu,
mais compassion."











Voilà, c'est la dédicace et l'exergue de La Geôle, d'Hubert Selby Jr, et tout est dit.
Immense, monumental roman de la haine brute jetée en 1971 à la gueule de milliers de lecteurs confortablement installés dans leur canapé d'angle Baron Grand Luxe en cuir de buffle acheté à crédit de 4,5% sur cinq ans.
Une oeuvre que l'auteur lui-même - à l'instar de ces milliers de lecteurs dont la vie fut irrémédiablement bouleversée - mettra des années avant de pouvoir relire.
L'histoire est simple, terrible,d'une limpidité exemplaire. Un homme. Enfermé. Nul ne sait pourquoi. On ignore tout de son innocence ou de sa culpabilité supposée. Mais il est enfermé. Alors, allongé, calmement, il ferme les yeux. Et se met à gamberger...
Conseillé à ceux qui veulent voir à quoi ressemblent trois cents pages de venin pur (la nausée est dévastatrice parce qu'elle découle de la compassion, justement). A ceux qui veulent être marqué au fer rouge, à ceux qui veulent côtoyer la folie intime, ultime, à ceux qui sauront tout du néant qui lui succède.
Les autres iront au prochain salon de l'auto et continueront à remplir leur grille de tiercé hebdomadaire comme d'habitude.

Commenter cet article

Antoine Chainas 08/02/2009 12:55

Bonjour Aurélien,
Vous avez bon goût, c'est le moins que l'on puisse dire. De cet excellent documentaire, je garde en mémoire quelques scènes saisissantes : Selby qui va chez le réparateur pour faire rafistoler sa vieille radio et économiser un peu de fric, les voisins de son immeuble ignorant unanimement qui il était et ce que ses bouquins représentaient... Et je garde aussi l'image d'un homme qui, après toute une vie passée dans un état de rage proche de la folie, trouve enfin une sorte de paix à la toute fin - paix dont on peut apercevoir quelques lueurs dans un de ses derniers romans : Le Saule. Poignant.
Merci encore à vous et amitiés.
Antoine.

aurélien 08/02/2009 12:16

Bonjour monsieur Chainas,

Partageant votre engouement pour Hubert Selby Jr, en particulier pour la Geôle qui reste à ce jour mon livre de chevet, tout près de Bernanos, je me permets de vous conseiller le documentaire "Hubert Selby, 2 ou 3 choses". Selby y explique sa démarche d'écivain avec une humilité et une puissance de feux sidérantes. Dans ses propos: aucune leçon, juste et c'est déjà suffisant, un éclairage sur sa conception de la prose, du rythme de la phrase, et sur ce qu'un écrivain doit avoir dans les tripes pour écrire un roman.

Avec tout mon respect pour votre travail et en attendant de pied ferme votre nouvel opus, je vous souhaite une excellente journée.

Aurélien

jenotule 03/02/2009 09:25

Alors là je suis ferrée en 10 lignes ! J'ai lu Le Démon mais celui-là m'était inconnu. Noté, merci du tuyau.

Antoine Chainas 03/02/2009 12:07


Ce roman-là est celui qui précède Le Démon (oeuvre monumentale aussi, mais bon, je ne peux pas parler de tout, malheureusement) et succède à Last Exit. C'est sans doute le plus extrémiste et le
plus méconnu - ceci expliquant peut-être cela - de Selby. En tout cas, je te souhaite une bonne lecture et t'envie un peu, car tu te prépares à une expérience inédite : plonger - pour peu
qu'on veuille plonger -, loin, très loin...
Amitiés.
Antoine.