Bientôt, chez les autres

Publié le par Antoine Chainas

On serre les dents. On retrousse ses manches. Dos au mur, poings serrés, on attend.
Quoi ?
Ceci :

A paraître le 19 mars aux éditions du Bélial', le premier roman d'un ancien critique de Galaxie puis de Bifrost : Xavier Bruce. Une oeuvre de transfiction décrite par Olivier Girard, l'éditeur, comme un croisement français entre Chuck Palahniuk et Will Self. Rien que ça.

Après Caza pour L'Accroissement Mathématique du Plaisir de Catherine Dufour, cette couverture-ci est signée de l'intriguant et talentueux Patrick Imbert.













Et ceci :

De Tom Piccirilli, on avait follement aimé, southerngothiquement adoré, poisseusement vénéré Un Choeur d'Enfants Maudits (Folio SF). Cette fois-ci, il renvient chez Lunes d'Encre pour avril 2009 avec La Rédemption du Marchand de Sable. Une oeuvre à propos de laquelle Gilles Dumay, directeur de collection, déclare avoir "atteint [s]es limites [...] dans le genre texte dérangeant." Et de se référer à la collection Désordres de Laurence VIALLET. Ce qui, en soi, ne peut pas être une mauvaise chose et même constituer un gage sérieux d'électrocution littéraire à venir.
La couv' est signée du non moins talentueux et intriguant Lasth.













Résumons : on serre les dents, on retrousse ses manches. Dos au mur, poings serrés, parce qu'on en attend beaucoup et, espérons, pas trop.

Commenter cet article

Antoine Chainas 11/02/2009 20:59

Génial. On attend ça avec impatience. Bien que - et c'est là un avis purement subjectif - Mon Idée du Plaisir soit l'oeuvre indépassable par excellence.
En tout cas, merci du tuyau, chère Judith.
A bientôt.
Antoine.

Judith 11/02/2009 11:19

Et puis paraît qu'il y a un Will Self prévu pour la rentrée, et un autre dans les tuyaux. Tout va bien, donc.
Amitiés,
JV, selfienne fanatique

holden 10/02/2009 09:22

on est d'accord :)
le prénom "Klaus" par contre......
un de mes vieux oncles seniles doit se croire dans "retour vers le passé"

Antoine Chainas 09/02/2009 20:28

Eh non, celui-là, son petit nom, c'est Klaus, hé, hé. Comme l'a si bien souligné Marin, ce n'est pas l'ouragan en lui-même qui est effrayant (encore que), mais bien les penchants humains qu'il dévoile.
Amitiés.
Antoine.

holden 09/02/2009 16:42

on parle bien de katrina à la nouvelle orlénas ?