Avignon - juillet 2010

Publié le par Antoine Chainas

On poursuit avec ces quelques mots griffonnés à la va-vite sur la page de garde de Generosity : an enhancement. Dans une cité du Vaucluse écrasée par la chaleur, à l'ombre d'une église, bien entendu.

 

Assis sur les marches d'une église touristique

Dans une ville sillonnée de lignes téléphoniques

Je regarde une jeune fille tracer sur son portable

Des signes obscurs en forme d'appels jetables

 

Elle n'est pas vraiment belle, son visage anguleux

Evoque l'austérité d'une empreinte à venir

Un masque qu'elle portera comme on porte un vieux

Livre où sont inscrits les psaumes du dernier repentir

 

Ses chaussettes jaunes dénotent une certaine

Ambivalence de classe au seuil de la vingtaine

Sa vitalité, pourtant, désarçonne, fatigue,

Creuse au corps un vide, une intrigue

 

Qui sont-ils, ces vivants ? Ces tromperies fécondes ?

Des élans libérés de l'infinie tendresse

Accordée aux joyaux posés comme des bombes

Qui dégoûtent et séduisent jusqu'au coeur de la liesse

 

 

 

Publié dans nouvelle-poésie

Commenter cet article