Coup d'pouce

Publié le par Antoine Chainas

Un petit billet qui ne mange pas de pain et ne boit que de l'eau plate : il y a quelques mois, je me livrais, à la demande du journaliste Gaël Golhen dans une interview pour le magazine Technikart, à une petite réflexion sur Dennis Cooper. Le passage a été finalement supprimé, sans doute pour des raisons de place ou de pertinence. En voici un extrait :

G.G : D'abord on parlait de Dennis Cooper. Qu'est-ce que tu aimes ou que trouves-tu dans ses bouquins ?

A.C : [...] Cooper est [...] un immense découvreur de talents (Stokoe, Mc Cormack...) via Little House on the Bowery : un lecteur et un éditeur au regard très sûr, dont les goûts coïncident souvent avec les miens. En particulier en ce qui concerne la conception que nous pouvons nous faire d'une littérature "pure", sans concession (autant que faire se peut) et surtout émancipée des références constantes et de l'influence envahissante - spécialement aujourd'hui - des outils narratifs propres aux médias dominants. Une littérature idéalisée dans une certaine mesure mais qui retrouverait ses bases subversives. Un travail éditorial que l'on pourrait comparer chez nous à celui de Lebovici avec la collection Chute Libre, Guégan, pour Contre-coup, Concorde avec Olympia dans les années 70, ou à celui de Viallet (collection Désordres) il n'y pas si longtemps.

couv_quichotte.jpgCe qui m'amène au but de cet article : Laurence Viallet reprend du service et lance les bien-nommées éditions Laurence Viallet. On lui souhaite longue vie : d'autant que je me suis déjà exprimé sur le caractère à mon sens salutaire et capital (qu'on adhère ou pas d'un point de vue moral ou esthétique, c'est une autre question) des oeuvres sélectionnées, soutenues, diffusées par Laurence Viallet au sein du paysage éditorial français contemporain.

Dans la suite de l'entretien, je déclarais :

[...] Il appartient aux lecteurs, dans le système éditorial actuel, lorsque l'occasion de prendre des chemins de traverse se présente, de montrer, par leur présence - qui n'est pas, qui ne doit pas être exclusivement marchande mais de nature essentiellement spirituelle - que l'éditeur n'a pas tort. C'est en tout cas mon sentiment.

Dont acte.

 

 

 

Le Don Quichotte de Kathy Acker,

une relecture violemment féministe

du roman de Cervantes : première

publication des éditions Laurence Viallet.

Commenter cet article