Got me a headache

Publié le par Antoine Chainas

Au lendemain d'un jour où la nation aura eu le choix, grosso modo, entre un physiocrate gesticulant à la verticalité contrariée et un colbertiste mou du genou sans matière grasse ajoutée, force est de constater que notre beau pays aura de nouveau pris le parti de laisser s'exprimer son cerveau reptilien par la voie des urnes.

La répartition des votes, en particulier dans la région PACA où trois têtes d'affiche se détachent avec un élan digne d'un renvoi gastrique, m'évoque par un curieux raccourci de l'esprit certaines lignes de dialogue savoureuses d'un petit film d'horreur assez malin qui sort ces jours-ci sur les écrans et dont je vous retranscris séance tenante les réparties les plus vives - réparties que l'on pourrait sans peine retrouver dans la bouche des protagonistes ou des électeurs du scrutin qui nous occupe, indéniablement placé derechef sous le signe de la peur.

" Tout le monde est prêt ? C'est parti.

- Ça n'apparaît même pas sur le GPS.

- C'est ce qu'on veut, sortir du système.

- Que la fête commence !

- Il se passe quelque chose de bizarre.

- C'est quoi, ça ?

- Restons ensemble.

- Ça ne va pas. Séparons-nous.

- Bonne idée.

- Sérieux ?

- Faut se tirer d'ici.

- Quelqu'un envoie des choses pour nous tuer !

- Tu n'y es pas. On veut nous voir souffrir.

- On doit pouvoir descendre.

- Tu le veux vraiment ? "

 

 

 

Commenter cet article