Sam's play

Publié le par Antoine Chainas

Sam Shepard, évidemment. Tiré du recueil Lune Faucon publié aux éditions Christian Bourgois en 1982.

tosca.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LETTRE D'UN TUEUR FROID

Peut-être que tu m'aimerais plus si je ne gagnais pas ma vie en tuant

Forcé à renifler mon Lüger Blackhawk tous les soirs

À compter les balles comme d'autres comptent leur pécule

C'est vrai on déménage souvent c'est dur pour le gamin

Tu t'habitues à la Dodge et le lendemain elle n'est plus là

Au moins il voit du pays

Il aime les trains et changer de passeport

Un mensonge de temps à autre qu'est ce que ça peut bien faire

Le sang sur la cravate

Il a déjà vu ça au cinéma

T'as qu'à lui dire que c'est du rouge à lèvres

L'oeil brûlé par la poudre

Dis-lui que les allumettes ont explosé

Ou mieux encore dis-lui que je suis un tueur froid

Qui s'escrime pour lui payer l'université

Et embrasse-lui la tête

Et borde-le dans son lit

Et note ce qu'il chuchote dans son sommeil bleu-ciel

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article