Genres contagieux

Publié le par Antoine Chainas

Le Genre est-il soluble dans les collections Blanches ?
Chainas, toujours corporate, parce que c'est du bon, du lourd, du déjanté et du populaire totalement assumé, affirme que, dans le cas présent, c'est-à-dire chez Gallimard, à la collection Du Monde Entier, oui. Accrochez-vous, les aminches amoureux des belles lettres qui tachent : cinq cents pages de nouvelles avec des zombies, des éléphants assassins, des canaris nazis, des toxicos zéros et des mégalodons en pagaille. Cinq cents pages inégales, foutraques, géniales de série B, Z, tout sauf A. Cinq cents pages d'horreur pure, de fantasy surréaliste, de drame psychologique, de steampunk, de cyberpunk... N'en jetez plus : que demande le peuple ? Cinq cents pages avec : Stephen King, Michael Crichton, Michael Moorcock, Jim Shepard, Nich Hornby, Neil Gaiman (yes), Rick Moody (yess), Chris Offutt (yesss !)... Les connaisseurs apprécieront. Cinq cents pages tirées du catalogue Mc Sweeney's (découvreurs, entre autres et ce n'est pas rien, de David Foster Wallace, George Saunders ou Joyce Carol Oates, et plus ou moins affiliés au New-York Times) par Dave Eggers et Michael Chabon pour la France. Cinq cents pages passées un peu inaperçues au moment de leur publication. Il est temps de réparer cette injustice, sapristi !  Et en plus, c'est traduit par Laurence Viallet.


















McSweeney's : Méga-anthologie d'histoires effroyables, édition de Michael Chabon, Gallimard, octobre 2008. 512 pages. 26 euros.

Commenter cet article